Questions à… Stéphanie BARIOZ

Questions à … Stéphanie BARIOZ

 

Maisons Paysannes de France : Au début de l'année 2015, vous présenterez, pour les adhérents de Maisons Paysannes de la Sarthe, une conférence sur « 500 ans de bâti rural dans l'est de la vallée du Loir »... Pouvez-vous nous dire qui vous êtes ? Quel parcours vous a amené à vous intéresser à l'architecture rurale sarthoise ?

 

Stéphanie Barioz : Ma formation en histoire de l'art (master / bac+5) à l'Université de Tours, avec une spécialisation en histoire de l'architecture, m'a permis d'obtenir des missions d'inventaire du patrimoine bâti en vallée du Loir. Cet inventaire est topographique : Nous passons en revue toutes les (anciennes) fermes, par exemple, or il y en avait 10 fois plus qu'aujourd'hui il y a cent ans. Les fonctions, les formes, les matériaux... C'est un univers qui m'a tout de suite passionné.

 

Mpf : Pouvez-nous nous préciser ce qu'est la méthode d'inventaire et qui la dirige ?

 

SB : L'"Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France" a été créé en 1964 par André Malraux, ministre des Affaires culturelles. La loi du 13 août 2004 a transféré de l'Etat aux régions la compétence de l'inventaire, qui est devenu "Inventaire général du patrimoine culturel" car les champs d'investigation se sont considérablement développés. Il ne faut pas confondre l'Inventaire avec les services des Monuments Historiques, qui dépendent de l'Etat et ne travaillent pas dans la même optique. L'Inventaire concerne toutes les constructions, soit un très grand nombre d'édifices non protégés, qui ne le seront pas et qui n'ont pas vocation à l'être. Il s'agit d'étudier le bâti sur la quantité et la durée : Identification, localisation, histoire, description... pour faire comprendre l'identité d'un territoire. L'Inventaire "recense, étudie et fait connaître" le patrimoine dans sa diversité.

 

Mpf : Qu'est-ce qui distingue les maisons de la vallée du Loir de celles d'autres territoires, comme celui du Perche sarthois par exemple ?

 

SB : Ce sont principalement les matériaux utilisés, qui sont en grande partie locaux. En vallée du Loir, ce qui frappe, c'est l'utilisation massive du tuffeau. Au XIXe siècle, il y a eu des granges entièrement bâties en tuffeau et quelques fermes toutes blanches !

 

Mpf : Durant vos pérégrinations, qu'est-ce qui vous a le plus marquée ? Une maison, un lieu, une personne, un paysage ?

 

SB : Les maisons les moins habitables aujourd'hui sont les plus "touchantes", d'autant qu'elles nous permettent de mieux comprendre la construction. Je pense par exemple à une petite maison du XVIe siècle qui n'a jamais connu ni l'eau courant ni l'électricité. J'aime aussi beaucoup la couleur ocre des enduits à chaux et à sable de la vallée du Loir. Mais surtout, les maisons, c'est d'abord de l'humain : sans hommes, pas de maisons !

 

Mpf : Tout propriétaire cherche à connaître l'histoire de sa maison. Lors de votre conférence, nous donnerez-vous quelques astuces pour mieux comprendre l'âge de nos propres maisons ?

 

SB : Mais oui, tout à fait !

Programme alléchant donc, nous y serons !

                                                                                 [Entretien réalisé par François Pasquier & Christophe Barroy ]

Sitographie

maisons paysannes de France-Sarthe et le pays Vallée du LoirLe site internet du Pays Vallée du Loir nous en dit encore sur l'Inventaire du Patrimoine en Vallée du Loir
Maiaosns paysannes de France et l'inventaire du patrimoineLe site de l'inventaire du Patrimoine des Pays de la Loire : les missions de l'Inventaire