Quel drainage faire autour d'une maison ancienne ?

Deux écoles s'affrontent :
- le drainage au ras du mur,
- le drainage éloigné d'un mètre environ.

Partagez vos expériences, bonnes ou moins bonnes.
Il est bon de préciser la nature du sol et la situation éventuelle de la maison par rapport à une colline etc ... pour que l'exemple puisse servir à d'autres dans un cas similaire.

Merci à tous de votre contribution. Illustrée, c'est encore mieux.

 

Pourquoi drainer ?

Les maisons construites avant le 20éme siècle (et même parfois jusqu’au milieu du 20éme siècle) ne disposent pas de fondations en bêton. Parfois même elles n’ont pas de fondations du tout.

Les murs sont donc édifiés directement sur le sol (parfois dans une tranchée de quelques dizaines de centimètres) avec des matériaux naturels peu transformés et le plus souvent locaux. Pierres, tuffeaux, terre, sable, chaux constituent donc le plus souvent les fondations que l’on devrait plutôt qualifier de pied de mur car le mur a souvent la même constitution.

Or, contrairement au bêton qui possède des caractéristiques d’étanchéité non négligeables, les matériaux cités plus haut sont très perméables. Ils vont donc absorber l’humidité naturelle du sol, et par capillarité, celle-ci va remonter dans les murs. Cette humidité s’évacue par évaporation vers l’extérieur, quand la météo le permet et vers l’intérieur.

Là où cela se complique, c’est que dans notre vie moderne, nous avons des exigences en matière de confort et donc, on isole. L’évaporation intérieure et donc moindre voire nulle. Il n’y a donc plus d’élimination de cette humidité durant la saison froide et même toute l’année si les murs ont reçu un enduit inapproprié (mais c’est un autre problème).

Il est donc nécessaire de REDUIRE le taux d’humidité dans le sol au niveau des murs. En effet, dans le cas contraire les constituants du mur vont se gorger d’eau, ce qui va  les ramollir et donc fragiliser l’ouvrage.

Objectifs du drainage :

  • Barrer la route aux eaux de ruissèlement, notamment si le mur est au bas d’une pente ou en l’absence de gouttières. Pour cela, le drain doit être ouvert vers la surface (ne pas reboucher par au-dessus).
  • Permettre au pied de mur et au sol qui le porte de s’égoutter un tant soit peu. Pour cela le point le plus haut du drain doit être environs 20 centimètres au-dessous du bas de la fondation.
  • Evacuer l’eau recueillie. Le fond de la tranchée et le drain en lui-même doivent offrir une pente faible, mais REGULIERE, afin d’éviter toute accumulation. Il faut aussi prévoir un lieu de recueillement de l’eau (marre ou puisard) plus bas que le drain. Attention, il est interdit d’évacuer dans les fossés de la voie publique.

Ce qu’il faut éviter :

  • Trop assécher le mur ou le terrain qui le supporte. En effet certains terrains (argilo-sablonneux par exemple) peuvent se fragiliser s’ils se dessèchent à l’excès. Il en va de même pour certaines maçonneries (chaux/terre par exemple). Il faut donc garder une certaine distance entre le mur et le drain.
  • Fragiliser le sol qui porte ou enserre le mur : c’est une deuxième raison pour ne jamais poser de drain au ras du mur !

Selon les terrains on préconise environ 1 mètre.

Mise en œuvre :

  1. Repérer par quelques sondages au ras du mur la profondeur de celui-ci dans le sol.
  2. Déterminer le point le plus bas du pied de mur ou de la fondation le cas échéant.
  3. A partir de ce point, tracer un ou plusieurs cheminements vers le point de récolte (puisard).
  4. Commencer à creuser la tranchée à partir de ce point à une profondeur inférieure de 10 à 20 centimètres sous le bas de la fondation. Une largeur de 30cm constitue un bon compromis : suffisamment large pour y descendre et pas trop gourmande en pierres pour la combler. (Photo N°4)
  5. Prolonger la ou les tranchées vers le ou les points de récolte en veillant à maintenir une pente faible mais REGULIERE. 0.5 à 1cm par mètre peuvent suffirent. On peut toujours adopter une pente plus forte, mais attention si les drains sont longs (puisards éloigné), on se retrouve vite à 2m de profondeur !

6.Installer un géotextile qui couvre le fond et les côtés de la tranchée est indispensable sinon la terre aura vite fait de boucher le drain.

  1. Disposer le drain sur le fond, en vérifiant une dernière fois que la pente et régulière. Un drain agricole de diamètre 100 mm fait l’affaire, pour les petits périmètres du diamètre 80 sera plus facile à mettre en œuvre.
  2. Remplir la tranchée de pierres (un calibre de 20/40 est parfait) pour maintenir le drain et offrir une surface de collecte importante. Ces graviers ou pierres doivent être propres, sans terre ni fines ! On peut profiter des tranchées pour passer d’autres conduites par exemple d’eaux pluviales ou des câbles. Mais dans ce cas, toujours veiller à ce que ces derniers soient dans la partie supérieure et installer un avertisseur !
  3. Eventuellement refermer le géotextile quelques centimètres avant la surface pour éviter un colmatage éventuel par le dessus.
  4. Fermer le tout jusqu’à la surface avec un matériau très perméable gravier ou sable lavé (si le géotextile a été refermé).
  5. On peut laisser des végétaux s’installer en surface, comme de l’herbe par exemple pourvu qu’ils ne développent pas de racines capables de percer le géotextile.

Actions complémentaires (qui feront l’objet d’autres articles) :

 

Le Drainage par l’extérieur des bâtiments n’est qu’un élément parmi d’autre pour contribuer à la bonne santé de ces derniers ainsi qu’au bien être que l’on peut y éprouver à l’intérieur ! Ainsi il faut veiller à :

  • N’utiliser que des enduits extérieurs apportant une grande respirabilité, par exemple à base de chaux naturelle (aérienne de préférence) et de sable. Toute trace de ciment est à bannir absolument !
  • N’utiliser que des isolants ayant aussi un fort pouvoir respirant (pas de polystyrène, ni de laine minérale, se méfier du liège …par exemple). Privilégier un isolant qui fait corps avec le mur pour éviter une zone vide qui, certes, participe à l’isolation, mais provoque aussi une rupture capillaire empêchant l’humidité de transiter aussi bien des murs vers l’intérieur que le contraire. En effet des murs sains permettent d’évacuer le surplus d’humidité du à l’activité humaine vers l’extérieur (une maison parfaite en matière de respirabilité se passe aisément de VMC !). Dans le cas d’une isolation par doublage (type rails/plaque de plâtre) l’humidité en transit (dans un sens ou dans l’autre) vas se condenser dans la zone d’air devenue froide entre mur et isolant.

 

  • Prendre soin du sol à l’intérieur de la maison. Pour les mêmes raisons et avec les mêmes principes, on veillera à faire en sorte que le sol de nos maisons anciennes conservent les propriétés de respirabilité propres aux matériaux anciens. Dans le cas de réfections complète du sol intérieur (plancher chauffant par exemple) on peut même considérablement améliorer ces caractéristique et obtenir un confort exceptionnel tout en pérennisant le bâti !

Bonjour,
Pour ma part je suis favorable à un drainage décalé du mur d'au moins 1 mètre, voire de 1,50 mètres. Le drainage décalé permet d'éloigner l'eau du mur sans avoir à étancher la fondation et sans risque de la déstabiliser. Attention cependant aux réseaux, les branchements électriques ou autres pouvant faire office de drain qui ramèneraient de l'eau vers la maison. La pente doit être bien calculée et la pose soignée. Du géotextile peut être utilisé pour éviter un encrassement du drain. La tranchée peut être remplie de gravillons sur une partie de sa hauteur ou entièrement.
J'ai réalisé ce type de drain en terrain marneux et je n'ai eu aucun problème.
Le drain au ras de la maison est plus adapté à mon avis pour une construction neuve ou extension lorsqu'il y a eu talutage. Dans ce cas, une étanchéité sur la partie du mur enterrée est indispensable. Un de mes amis a eu une mauvaise surprise: il a remblayé la base de sa maison avec un tout venant sableux (dans un contexte argileux) et l'eau s'est accumulé à cet endroit jusqu'à s'infiltrer dans la cave.
Bien cordialement 

Patrick Dejust
 

 

Nous avons également expérimenté le drain éloigné d'un mètre du mur préconisé dans le livre que nous considérons vraiment référent en terme de restauration du bâti ancien : Maisons Paysannes de l'Oise, d'Aline et Raymond Bayard. Les conseils y sont judicieux et illustrés clairement, avec beaucoup de charme. Notre maison est bâtie sur un sol argileux, n'a pas de gouttière, les pieds de murs hourdés à la terre sont bien usés et tout va bien ...

Bonjour,

Je voudrais drainer de cette façon autour d'un bâtiment ancien possédant des fondations très profondes du fait d'une cave enterrée de plus de 1 m...difficile de creuser 20 cm en dessous de ces fondations : Que préconiseriez vous ?

Bien cordialement

Bonjour

La façade de notre maison, très ancienne, donne directement sur la rue. Nous avons malheureusement des remontées capillaires dans les murs.

Nous disposons uniquement d'une plate bande d'environ 1 m entre le mur et le trottoir pour créer un drainage. Par contre, nous n'avons aucune possibilité d'évacuation.

Comment pourrions nous procéder ?

Merci de vos conseils

Bien cordialement